Connexion | M’enregistrer


Heures au format UTC + 1 heure


Nous sommes le Sam Nov 25, 2017 4:51 am




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:04 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
Hello à tous,

Dans l’espoir de faire découvrir quelques livre ou de vous donner envie de les lire je vais vous poster ici quelques critiques que j'ai initialement rédiger pour le Forum des Uchronies Francophones (dont je suis le boss).

Pour commencer:

La Montagne de Feu -Alfred Copel

Sous ce titre pouvant faire penser à de l’héroic-fantasy se cache en fait une uchronie sur la guerre du pacifique.
Image

Suite à un orage extrêmement violent, l’essai nucléaire Trinity échoue.
Faute d’arme nucléaire, les États Unis sont contraint de se lancer dans l’invasion du Japon.
L’opération Downfall est lancée (https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Downfall).

Le livre ne traite pas l’opération Olympic qui est la première partie de Donwfall (c’est-à-dire l’invasion de Kyūshū).
L’auteur nous projette la veille de l’opération Coronet, l’invasion du Kanto aux portes de Tokyo.
Le lecteur suit plusieurs protagonistes des deux camps dans une guerre titanesque et une boucherie sans nom.
Plutôt que de nous raconter chaque bataille, l’auteur ne traite que de certains points de la campagne et directement à travers ce que voient et entendent les personnages (rumeur y comprise). Coppel s’appuie sur les archives nationales américaines et japonaises pour l’opération Coronet et le Ketsu-go. Et des extraits de ses textes servent d’introductions aux différentes parties du livre. La traduction française est de très bonne qualité.
Loin de faire l’apologie de la guerre, l’auteur (ancien pilote de l’US Air Force) semble plutôt vouloir démontrer que c’est un moyen absurde de régler un différend. Ainsi la plupart des protagonistes meurent de manière absurde plutôt que de façon héroïque comme on en a l’habitude.
Le livre est très bien documenté, notamment sur ce qui touche au Japon. Et l’état d’esprit de personnage est très crédible, notamment l’effet que la propagande peut avoir sur eux.

Bref, à mes yeux se livre un petit chef d’œuvre que je me relie régulièrement. Paru en 1984 en France, il n’a pas été réédité depuis et n’est donc disponible qu’en occasion. Le prix oscille généralement entre 10 et 30 €. Pour ma part je l’ai payé 10 € et je suis bien content d’avoir trouvé cette pépite à ce prix-là.


Dernière édition par Thomas27 le Mar Juil 04, 2017 6:11 pm, édité 1 fois.

Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:05 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
L'aigle de sibérie - Joseph Heywood

Image

The Berkout en VO.

Citation:
Quatrième de couverture
L'aigle de Sibérie est le seul oiseau de proie au monde capable de chasser les loups, C'est aussi le surnom du plus redoutable homme de main de Staline : Petrov. En avril 1945, à la tête d'un groupe d'opérations spéciales, Petrov est lancé à la poursuite d'un mystérieux personnage, Herr Wolf, le Loup, que le colonel SS Brumm a sauvé du bunker où Hitler et Eva Braun étaient censés s'être donné la mort. Dans une Allemagne en pleine tourmente, où se bousculent anciens nazis, agents secrets, prêtres aidant dans leur fuite les dignitaires du IIIe Reich, chasseurs et gibier engagent une poursuite mortelle... Diaboliquement conduite, fondée sur des données historiques rigoureuses, cette traque constitue un véritable morceau d'anthologie, à classer auprès des plus grands thrillers.


J'ai adoré ce livre.
Très bien documenté, très bien écrit. Le lecteur n'a pas le temps de souffler et reste accroché jusqu’à la dernière page, un véritable page-turner.
Joseph Heywood nous raconte l'histoire depuis trois points de vue antagonistes et complémentaires, rien est tout blanc ou tout noir.
La fin est terrible. Et surtout ce qui se passe dans le livre fait partie de "l'histoire secrète" car pour le reste du monde Hitler est bien mort dans son bunker.

Seul défaut, le livre n'a jamais été réédité, ils faut donc se le procurer en occasion.


Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:06 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
Aucun homme n’est une île – Christophe Lambert

Image

Été 61, alors qu’il est sur le point de se mettre une balle dans la tête l’écrivain Ernest Hemingway apprend que les USA sont en train d’envahir Cuba. Ni une ni deux, il décide d’aller jouer le reporter de guerre pour interviewer Castro et Guevara. Le gouvernement lui colle un chaperon, le photographe Ronald Hooper, en réalité Robert Stone de la CIA. Sa mission décapiter la résistance castriste réfugiée dans le massif de l’Escambray.

Ce livre est une petite pépite. Cours, bien rythmé très bien écrit et propre (une seule coquille relevée). Le découpage et le style fait que vous pouvez aussi bien lire le livre d’une traite dans votre canapé que par petites tranches dans les transports ou votre pause repas.

L’auteur s’est très bien documenté sur Hemingway, Castro et Guevara qui sont plus vrais que nature. Seule la bataille de Trinidad manque un peu de crédibilité à mes yeux. Les Cubains reprennent la ville aux Américains en une journée.

La partie uchronique en elle-même est assez peu dévoilée. On ne relate pas les conséquences politiques nationales et internationales du conflit, mais ce n’est tout pas simplement le sujet du livre.

Le POD est simple, mais très logique. L’invasion de la baie des cochons n’a pas lieu. L’administration JFK attend quelque mois et fait débarquer les Cubains anticastristes juste à côté de l’enclave de Guantanamo. L’artillerie castriste réplique et la base américaine essuie des tirs. C’est un prétexte pour déployer les forces d’invasions (quatre divisions, plus l’USAF et la Navy). Les castristes sont balayés et se réfugient dans les montagnes.
Perso j’ai découvert se livre grâce au « Guide de l’uchronie » et comme je devais traiter du sujet dans un prochain bouquin.

Pour moi c’est un 9,5/10.

Prix de la version poche 7,10€. La version poche est donc moins chère que la version Kindle.


Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:07 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
L’Homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu

Image

Citation:
Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l’observateur d’interférer avec l’objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l’histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d’État.
Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l’Unité 731 se livra à l’expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d’un demi-million de personnes… L’Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d’occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l’Histoire.


Un livre exceptionnel de seulement 112 pages, le procédé d’observation est expliqué de manière juste, plausible et simple. L’histoire est racontée sous forme d’interviews et témoignages. En plus de mettre en lumière les crimes de l’unité 731, le livre pose des questions intéressantes et met en exergue les problèmes liés à la politique et à l’Humain :
— À qui appartient l’histoire ?
— À qui appartient celle de pays qui n’existe plus ? Ici la Mandchourie.
— Un pays devenu démocratique (Allemagne et Japon moderne) peut-il et doit-il être tenu pour responsable des actes passé d’une époque où le pays était totalement différent (il suffit de regarder la différence de comportement entre l’Allemagne et le Japon ces dernières décennies) ?
— Les pires horreurs peuvent s’effacer de la mémoire collective et être relativisées à coup de « il se passe toujours des choses terribles dans une guerre ».

L’auteur n’est pas partisan, il montre juste comment la realpolitik et les intérêts économiques et stratégiques peuvent reléguer aux oubliettes la douleur engendré par les crimes de guerre. La thématique qui a tout pour être casse gueule (désir de revanche, voyeurisme malsain) et je ne l’ai moi-même qu’à peine effleuré dans « Au Bord de l’Abîme » et pourtant l’auteur évite tous les écueils ! Il faut que dire Ken Liu est un maître du genre qui sort des livres aux minimums superbes et souvent géniaux. Il a raflé des prix Hugo, Nebula, Sidewise et World Fantasy entre autres.
Le livre est fluide et se dévore en quelques heures.

Ma meilleure lecture de l’année et tout simplement un des meilleurs livres que j’ai lus. C’est donc 11/10.
En plus le livre ne coute que 8,90 €.


Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:07 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
Chroniques des années noires – Kim Stanley Robinson

Image Image

Citation:
Quelle serait l’histoire du monde si l’Europe avait disparu au Moyen Âge, ravagée par la peste ? L’Islam et la Chine seraient alors devenus les civilisations dominantes, découvrant l’Amérique, se faisant la guerre, inventant le chemin de fer et l’atome, cherchant à l’emporter, à imposer la foi de Mahomet, Bouddha ou Confucius. À travers les destins de trois personnages, Kim Stanley Robinson dépeint de façon étonnamment réaliste sept cents ans de l’histoire d’un univers foisonnant, où les aventures individuelles se mêlent à la trame historique, et se répondent à travers les siècles et les continents. Une uchronie époustouflante par l’auteur de la trilogie martienne.


Bon, je vous le dis tout de suite. Ce livre est une pépite, cet auteur est génial.

Cette uchronie sortie en 2003 raconte via des personnages récurrents ce que pourrait être l’histoire du monde si la peste avait éradiqué 90 % des Européens. Le POD est en 1347 au début de l’épidémie de peste noire.
À travers les destins de trois personnages principaux, membre d’une même jāti (groupe d’âmes se croisant à chaque réincarnation), et leurs réincarnations successives, Robinson nous raconte une histoire du monde où la Chine, l’Inde et l’islam se battent pour conquérir le pouvoir, imposer leur foi et développer les sciences.
Le livre parle de multiculturalisme, de religion et de la nature humaine, de philosophie, du féminisme et de l’égalité des droits, de la quête de la liberté, du progrès et de la science et même du réchauffement climatique.
Le livre se divise en dix parties, c’est superbement écrit, riche sans être pompeux et il y a des annotations quand il y en a besoin.
Le travail de world building est impressionnant, mais sans trop en faire. L’auteur en montre juste ce qu’il faut pour que son récit ne s’alourdisse pas, mais en même temps on aimerait en voir plus tellement c’est bon. Mais le livre couvrant plus de 700 ans d’histoires (1405 (première réincarnation après le POD) à 2088) fait déjà 1000 pages en version poche, difficile d’en faire plus. En plus, je trouve les couvertures française et anglophone superbes.

Sur un plan personnel, ce livre est tombé pile dans la période où j’écrivais sur l’Inde pour Au Bord de l’Abîme et m’a beaucoup motivé. C’est aussi un peu une leçon de vie : essayer de faire le bien et de faire ce qui est juste, de chercher à s’améliorer. Ce qui aussi ce que je fais un peu plus depuis quelques années. J’ai découvert un auteur qui me semble génial vue ce que j’ai lu au sujet de ces autres livres. Je compte m’attaquer à sa trilogie martienne (Mars le rouge, Mars la verte, Mars le bleu), sa série « Orange County », sa « Trilogie climatique » entre autres. Car cet auteur, aborde des thèmes qui me tiennent à cœur : climat, progrès, justice économique et sociale.

Une de mes meilleures lectures que j’ai savourées en prenant mon temps. Un 11/10 sans problème. En plus il est possible de trouver le livre en occasion pour une petite poignée d’euros. Pour ma part je l’ai trouvé à moins de 10 € frais de port inclus.


Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:08 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
Blind Lake - Robert-Charles Wilson

Image
Citation:
Auteur : Robert-Charles Wilson
Résumé :
« Utilisant une technologie quantique qu’ils ne comprennent pas totalement, les scientifiques des complexes de Crossbank et Blind Lake observent des planètes extraterrestres distantes de la Terre de plusieurs dizaines d’années-lumière. À Blind Lake, Minnesota, Marguerite Hausser s’intéresse tout particulièrement à un extraterrestre qu’elle appelle “le Sujet”, mais que tout le monde surnomme “le homard”, à cause de sa morphologie. Et voilà qu’un jour, personne ne sait pourquoi, le Sujet entreprend un pèlerinage qui pourrait bien lui être fatal. Au même moment, l’armée américaine boucle Blind Lake et instaure une quarantaine qui tourne à la tragédie quand un couple qui tentait de s’échapper en voiture est massacré par des drones de combat. Que se passe-t-il à Blind Lake ? »


Il ne s’agit pas de hard SF, car l’auteur ne pousse pas trop les explications scientifiques, mais tout reste crédible. Les scientifiques de Blind Lake et Crossbank ne comprennent pas le fonctionnement de l’œil. Ordinateur quantique – les O/BEC– dont le programme s’auto génère.
Visiblement l’histoire se place d’un futur pas très lointain. Véhicules autonomes et drone sont de la partie. Les smartphones ont été remplacés par des « pocket server » bien plus puissant et minuscule, qu’on peut connecter à n’importe quel support. Les USA et le Canada semple avoir fusionnés dans une sorte de fédération continentale. Le monde est au moins aussi chaotique que le nôtre.

On entre vite dans l’action, la quarantaine de Blind Lake était déclenchée dès le deuxième chapitre. Les communications sont coupées les grilles fermées automatiquement, personne dans le complexe n’est informé des raisons de la quarantaine. Le complexe est dès lors simplement ravitaillé par des camions autonomes.
De nombreuse question se bouscule dans la tête des habitants de Blind Lake est-ce que la cause de la quarantaine est à l’intérieur ou à l’extérieur du complexe ? Les images transmises par les O/BEC sont-elles réelles ou sont-elles le fruit d’une imagination quantique ?

L’ensemble des personnages est agréable même le « méchant » de service à des aspects intéressants. En fait ils sont trous très crédible et très humain. C’est narré à la troisième personne à travers une multitude de personnages.
Les personnages les plus intéressants sont :
— Chris, un journaliste qui traine des casseroles et cherche une forme de rédemption.
— Tess, la fille d’un ex-couple de scientifique qui travaille à Blind Lake et ancien de Crossbank. Jeune fille très étrange, différente, troublée par les visites de « la fille-miroir ». Sa mère craint que la petite soit folle, le père (un sale con) pense que les problèmes sont causés par la mère supposée incompétente. Alors que la quarantaine avance elle devient plus étrange, « la fille-miroir » ce fait plus présente et commence à s’intéresser à l’œil.

Ce livre au contenu très abordable pour les non-scientifiques. Une écriture limpide, mais pas simpliste, ça va à l’essentiel. C’est relativement cours 480 pages, bien rythmées et sans longueur. Cela manque malgré tout un peu d’intensité et de « sense of wonder ». Personnellement, je n’ai pas vu le temps passer. La couverture illustrée par Manchu est très agréable.
En plus que de la SF, l’un des éléments centraux est la psychologie. Précisément, la réaction face à une situation de crise hors-norme.

Je donnerais un bon 8/10 à ce livre.
C’est agréablement rythmé et bien écrit. Wilson sait raconter des histoires. Ça manque juste un peu de « sense of wonder ».


Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:09 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
Green Earth - Kim Stanley Robinson

Green Earth
Image
Image

Auteur : Kim Stanley Robinson

Il s’agit d’un pavé monumental de 1088 pages qui regroupe la « Trilogie climatique » de KSR parue en 2005-06-07. Cette trilogie se compose de Quarante Signes de la pluie, Cinquante degrés au-dessous de zéro, Soixante jours et après. Green Earth en est une version légèrement retravaillée, mais n’est malheureusement pas disponible en français.

Citation:
Résumé :
Quarante Signes de la pluie
Demain, à Washington... Anna et Charlie Quibler œuvrent aux applications des découvertes scientifiques visant à améliorer la vie sur terre, Anna comme chef de projet à la National Science Foundation, Charlie au titre de conseiller pour l’environnement de Phil Chase, sénateur plein de bonne volonté, mais d’une efficacité relative. Or l’enjeu est de taille : il s’agit d’alerter le monde sur les dangers du réchauffement climatique global et de convaincre une administration réticente de prendre les mesures qui s’imposent. L’urgence devient criante lorsque la banquise se délite au Groenland, empêchant le Gulf Stream d’exercer son action régulatrice. Dès lors, c’est la réaction en chaîne : de terribles tempêtes frappent la Californie, puis éclatent un peu partout dans l’hémisphère nord ; des pluies torrentielles s’abattent sur Washington, qui est engloutie sous les eaux. Pour l’humanité, l’adoption des lois préparées par Charlie est désormais une question de vie ou de mort... Par l’auteur de la fameuse « trilogie martienne », un passionnant écothriller à mi-chemin entre fiction — Le jour d’après — et réalité — les inondations de La Nouvelle-Orléans — autour d’une catastrophe annoncée : les changements climatiques majeurs dus au réchauffement de la planète. Un roman prémonitoire ? Au lecteur d’en juger. Et d’agir...

Cinquante degrés au-dessous de zéro
Des pluies diluviennes ont submergé Washington. Peu à peu, les eaux se retirent, mais les inondations ont eu des conséquences effroyables... Beaucoup de logements sont devenus inhabitables, les sans-abri sont légion. Et les catastrophes s’enchaînent : la montée des eaux océaniques raye de la carte les nations insulaires, et les États-Unis sont frappés par une vague de froid qui fait craindre au gouvernement le début d’une nouvelle ère glaciaire. Au sein de la Fondation nationale pour la science, Frank Vanderwal doit agir. Vite. Il y va de la survie de la planète. Mais les enjeux de la science ne sont pas toujours ceux des politiques...

Soixante jours et après
Cette année, Washington vit un hiver des plus capricieux : froid sibérien et chaleur tropicale se succèdent de façon alarmante. Démocrate passionné d’écologie, Phil Chase vient d’être élu président des États-Unis. Dès son entrée en fonction, il prend la décision la plus ambitieuse depuis le New Deal de Roosevelt : faire appel aux savants du monde entier afin de sauver la Terre et les hommes d’une catastrophe climatique imminente. Les soixante premiers jours de son mandat vont être décisifs. Le décompte a donc commencé pour son équipe constituée de scientifiques et d’hommes politiques chargés d’empêcher le désastre. Mais n’est-il pas déjà trop tard ? D’autant que certaines agences œuvrent dans l’ombre en vue de saboter leurs efforts...


Je me suis laissé tenter par ce livre, car le sujet m’intéresse beaucoup et sera abordé dans le tome 3 d’Au Bord de l’Abîme et depuis « Chroniques des années noires » je suis devenu fan de KSR.

Au-delà du réchauffement climatique, les autres thèmes abordés sont l’espionnage de sa propre population par des agences gouvernementales (programme super-noirs), trucage des élections US, le capitalisme et le fait que tant que l’écologie ne paraitra pas rentable certains groupes n’investiront pas dedans peu importe si le monde court à sa perte. Enfin, encore une fois, on a la question du bouddhisme, toujours aussi intéressante.
Le livre est très long, KSR comme d’habitude, prend son temps. Les personnages sont terriblement normaux. Ces héros sont des scientifiques influents travaillant pour la Nationale Science Fondation, puis pour Phil Chase devenu président.

La fin est ouverte, mais optimiste. La Chine au bord du crash systémique (à cause des catastrophes écologiques, la pollution et les extinctions massives) et les USA (qui font face à des pénuries pour certains aliments et des problèmes de réseau électrique) signent un accord historique qui changera (et sauvera ?) peut-être le monde. La Chine et le Tibet se réconcilient. Franck qui fut un temps « SDF » et impliqué dans une affaire d’espionnage retrouve une vie normale.
L’univers est très proche du nôtre. Aucune date n’est donnée, mais l’histoire pourrait tout à fait se dérouler entre 2017 et 2020 (la trilogie suit les personnages pendant 3 ans). L’histoire et les catastrophes sont principalement vues du point de vue américain (KSR n’est pas un bourrin en mode America is great), mais on aperçoit aussi l’impact mondial et économique. La partie scientifique est très solide comme toujours avec cet auteur. Les raisons du réchauffement, ses mécaniques, son impacts et les éventuelles solutions (écologiques, sociétales, économique) sont abordées, et ce dès les années 2005 à 2007.

Le seul vrai défaut pour moi est la solidité de l’ouvrage. Colossale, sa couverture est très fine. Du coup le livre voyage assez mal dans les sacs et sacoches. Le mien n’est pas ruiné, mais il est usé et corné.

Je donnerais un 9.9/10 à ce gros pavé.
Si vous êtes intéressé par le changement climatique et lisez l’anglais, c’est un immanquable. Par contre le volume est copieux et KSR prend son temps. C’est un livre qui se lit doucement et se savoure.


Haut
 Hors ligne Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelques critiques en vracs
MessagePosté: Mar Juil 04, 2017 6:10 pm 
Jeune Troll

Inscription: Ven Aoû 19, 2016 3:08 pm
Messages: 11
Voilà désolé pour le spam, mais c'est plus lisble en post séparer.
A l'avenir je les posterais ici au fur et à mesure que les posterais sur le Forum des Uchronies Francophones.


Haut
 Hors ligne Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à: